Comment démarrer un projet de potager efficacement

Un potager, ça se prépare .

En effet, on peut démarrer un potager comme ça, un peu à l’arrache mais si on se sait pas vraiment ce qu’on fait, on risque dès le début, de faire beaucoup d’erreurs et de ne rien récolter la première année ou si peu.

Quelle déception.

Alors oui, vous allez me dire que c’est grâce aux erreurs que l’on apprend le plus. Mais quitte à faire des erreurs, autant récolter quelques légumes quand même au risque, sinon, de voir sa motivation pour continuer dégringoler.

Par ou commencer ?

Avant de démarrer un potager, il y à plusieurs questions à se poser :

  • Pourquoi j’ai envie de faire un potager ? ( me reconnecter à la terre, envi de simplicité, mieux manger … )

  • Quel est le but de ce potager ? ( passe temps, nourrir ma famille, donner aux amis, faire découvrir aux enfants … )

  • Combien de temps suis-je prêt à investir dans cette nouvelle activité ? ( très important pour déterminer la réponse à la question suivante )

  • Quelle est la taille de mon potager idéal ? Pourquoi ?

  • Qu’est ce que je consomme au quotidien ? ( légumes, fruits )

  • Qu’est ce que je souhaite faire pousser ?

Certaines questions peuvent vous paraître sans rapport comme celle du temps que vous voulez investir dans votre potager parce que après tout, vous vous en occuperez quand vous aurez le temps et surtout l’envi de vous en occuper.

Eh bien … c’est le meilleur moyen de démarrer un potager rapidement et de ne plus s’en occuper tout aussi rapidement.

Si vous déterminez le temps que vous pouvez investir dans votre futur potager, vous pouvez ainsi déjà imaginer les plages horaires qui sont déjà disponibles et celles que vous pouvez aménager. Parce que oui, créer un potager, ça prend du temps.

Cette question du temps à investir est également importante pour savoir quelles cultures vous allez y intégrer. Cela ne paraît pas forcément évident mais un pied de tomate demande plus d’entretien, et donc de temps, qu’un pied de courgette. Dans le même ordre d’idée, s’occuper un potager de 10m² ne demande pas le même investissement ( en temps, argent, énergie déployée ) qu’un potager de 100m². En revanche, un potager de 100m², bien organisé, ne prend pas 10 fois plus de temps qu’un potager de 10m².

L’organisation

Cela ne se voit peut être pas, mais il faut être bien organisé pour gérer correctement son potager et ne pas perdre de temps inutilement. Ainsi, même pour un potager, il est intéressant de tenir un cahier de tâches dans lequel on notera :

  1.  L’objectif principal à atteindre durant la saison ( par exemple, réussir à avoir mes premières courgettes dans l’assiette )

  2.  Un plan détaillé du potager

  3.  La liste des tâches hebdomadaires

  4.  La liste des tâches quotidiennes si vous y êtes tous les jours

Ce petit détail d’organisation vous fera gagner beaucoup de temps et d’expérience car cela permet de garder une trace écrite de tout ce que vous réalisez au jardin et donc de mieux comprendre ce qui à bien fonctionné et ce qui a été un gros flop.

Une autre astuce organisationnelle, une fois que le potager est démarré, est de prioriser les tâches à réaliser.

Vous débordez d’énergie ? Commencez par ce gros chantier qui attends depuis des semaines et que vous repoussez sans cesse. Avec cette grande énergie, vous n’aurez aucun mal à abattre une grosse partie du travail que cela nécessite. A contrario, vous n’êtes pas très motivé aujourd’hui ? Réalisez d’abord tous les petits travaux qui prennent moins de cinq minutes mais qui un fois assemblés, vous donnent l’impression d’avoir réellement avancé.

L’organisation au potager n’est pas ce que l’on nous montre dans les vidéos. Cependant, elle reste, comme dans toutes autres activités, essentielle pour gagner rapidement en expérience et donc, dans notre cas, arriver à une abondance de légumes.

La planification

Aujourd’hui, on planifie tout ; ses vacances, ses activités, sa réussite. Et bien, au potager, pour mieux réussir et mieux anticiper les problématiques avenir, vaut mieux également planifier. Et cela peut réellement devenir un grand plaisir de s’imaginer son potager une fois bien rempli de beaux légumes prêts à être récolté et cuisiné.

Et quel plaisir de se rendre compte que ce que l’on a imaginé devient réalité.

Pour vous aider à réaliser cette planification, munissez vous d’un calendrier de culture. Ainsi, même en ne connaissant rien au sujet, vous serez quoi planter à quel moment. Souvent, le calendrier de culture détail également les bonnes associations de légumes. Un plus pour booster la croissance de vos cultures.

Il existe une multitude d’applications mobile gratuites pour planifier ses cultures qui, j’en suis sûr, vous aiderons à optimiser votre potager, quelque soit sa taille.

La simplicité

Un débutant en course à pieds ne va pas réaliser un marathon dès sa première sortie. Cela se prépare, s’organise et se travail. Au potager, c’est pareil., mieux vaut commencer à cultiver des légumes simples ( par exemple, le radis ou la carotte ), que démarrer directement par un légumes plus complexes comme une variété rustique et fragile de chou. Restez simple dans vos choix, surtout au départ.

Ainsi, voici une liste, non exhaustive, des 10 légumes les plus simples à cultiver que je recommande pour démarrer un potager :

  • Le radis

  • La carotte

  • La tomate

  • La courgette

  • Le potiron

  • La laitue

  • Les épinards

  • Le haricot

  • La pomme de terre

  • Le poireau

Avec tout ces légumes, il y a de grande chance pour que vous consommiez régulièrement l’un d’entre eux et que vous en réussissiez assez facilement la culture. Au démarrage, rien ne sert non plus de choisir la variété paysanne ( reproductible ) rare. Celle-ci a de grande chance de vous décevoir, non pas parce qu’elle n’est pas productive ( ce qui est parfois le cas ) mais parce que vous n’en maîtrisé pas les subtilités. Choisissez donc les variétés communes, Hybride (F1) ou non. Ainsi, vous mettez toutes les chances de votre côté pour réussir vos cultures et avoir une première récolte digne de ce nom. Libre à vous, par la suite, de complexifier votre choix variétale en affinant et en adaptant vos techniques culturales.

Conclusion

Rien ne sert de se précipiter parce qu’une saison potagère, ça s’organise. D’abord, on se pose les bonnes questions ( voir plus haut ). Ensuite on prend un cahier dans lequel on organise et planifie la saison. Ainsi, au fur et à mesure du temps, l’évolution sera identifiable ainsi que les erreurs et les bonnes pratiques. En se munissant d’un plan de son jardin, d’un calendrier cultural, de son cahier et d’un stylo, on peut ainsi commencer à créer son potager pour que celui-ci produise en abondance de beaux légumes.

Alors à vos stylo, prêt, partez 🙂